Un nain + une elfe = Une Boumbette!

Ici chaque semaine (enfin c'est le plan), le blogroll de la semaine (puisqu'on vous le dit), des infos sur l'art d'être maman, des anecdotes de Boumbette ou de sa maman et des surprises!

26 octobre 2010

(Ré)éducation physique (et pas sportive)

Ami lecteur, tu fais partie d'une (ou plusieurs) des catégories suivantes. Et ton intérêt pour cet article risque d'être en corrélation forte avec ta catégorie.

Tu es donc:
a) Un homme, donc tu n'as pas de périnée. Ou alors tu es un homme anatomiquement bizarre. Sans vouloir t'offenser.
b) Une jeune fille/jeune femme nullipare. Tu as un périnée. Mais je suis en train de te l'apprendre. D'ailleurs tu ne sais pas ce qu'est un périnée. Petite veinarde.
c) Une maman, jeune accouchée (par voie basse). Tu as découvert récemment l'existence de ton périnée. Et tu le regrettes amèrement. Déjà pendant la grossesse, tu ne pouvais plus tousser, ni éternuer, ni rire, ni pouffer, ni glousser, ni ricaner (ah si ricaner tu peux) sans craindre la fuite. Pourtant avant quand tu étais encore dans la catégorie d'au dessus, ton périnée c'était Alcatraz. Ne pleure pas jeune maman. Enfin pas trop fort. Tu risquerais des larmes d'un autre genre si tu vois ce que je veux dire.
d) Une maman, qui a eu son/ses enfants il y a plus d'un an (par voie basse). Tu as été la jeune accouchée et tu connais donc intimement ton périnée. Mais vos rapports se sont arrangés. Entre vous s'est nouée une relation faites de hauts et de bas mais surtout tu t'es rendue compte que tu tiens vraiment à lui. Vraiment, vraiment. Et tu pries pour qu'il soit sympa avec toi et qu'il ne te lâche pas si il te venait l'envie d'en remettre une couche sur le livret de famille. L'espoir fait vivre.
e) Une femme, pas forcément maman, mais plus vraiment jeune-jeune. Si tu es maman, tu as déjà eu des rapports plus ou moins houleux avec ton périnée. Sinon, tu en as entendu parler, notamment par tes amies mamans ou par la presse Santé. Et un beau jour, ton périnée s'est rappelé à ton bon souvenir. Avec le temps, il s'est relâché, il a pris du mou, il est devenu paresseux en un mot. Je ne te fais pas un dessin.
f) Une maman, jeune accouchée, mais en vrai pas jeune jeune. Tu es la reine du périnée, tu le connais sur les bouts des doigts et tu le hais. D'ailleurs tu vis avec une sonde. Tu changes les couches de ton bébé c'est vrai, mais aussi les tiennes. Toi, la warrior du périnée, si tu me lis, je te plains et je suis de tout cœur avec toi.
g) Une maman qui a eu une césarienne: tu ne perds rien pour attendre...

L'article qui suit portant sur la rééducation du... suspens... périnée! tada!, si tu rentres dans les catégories a ou b, cela peut ne pas te captiver. Je dis bien peut car tu as le droit de lire quand même et qui sait ça te donnera peut être envie ! (Enfin si tu fais partie de la catégorie a), à moins de passer sous le bistouri, c'est définitivement mort). Toutes les autres catégories devraient y trouver un intérêt qu'il tienne de l'information (enfin je promets rien hein), du petit côté nostalgique ou du 'je vis trop la même chose, c'est dingue'. Et si tu es une g), lis quand même, un jour tu seras une e).

Moi même la maman de Boumbette j'appartiens à la catégorie c). Dans les jours qui ont suivi l'accouchement, j'ai découvert avec beaucoup d'effarement et pas mal de consternation toutes les choses qui sortaient de moi. Et j'ai aussi réalisé dans un choc que parfois, pas souvent hein mais parfois, j'avais comme qui dirait des fuites de pipi. Ça y est le mot est lâché. Je me voyais déjà, faisant du vélo en souriant de toutes mes fausses dents, dans les pubs TENA qui passe avant 'Toute une histoire' sur la 2... Mais je me suis reprise et j'ai repensé à ce que m'avait dit la sage femme. Celle avec qui j'avais fait ma préparation à l'accouchement hein, pas celle de l'accouchement, celle ci elle aurait pu me parler en chinois c'était pareil. Et donc ma gentille sage femme (qui était aussi jeune et jolie d'ailleurs) m'avait parlé de rééducation du périnée suite à l'accouchement. Il ne fallait donc pas désespérer, ce qui m'arrivait n'était ni surprenant ni cataclysmique mais normal. Ouf.

Puis on est rentré à la maison avec ma Boumbette et ce qui m'ennuyait le plus à ce moment là, ce n'était pas tellement les fuites (rares) mais plutôt les tiraillements liés aux points de suture (beaucoup moins rares). Donc j'ai un peu oublié mon périnée.

6 semaines après l'accouchement, rendez vous avec mon gynéco (lui aussi il est jeune et beau, mais, bizarrement, ça ne m'aide pas à me décontracter, les pieds dans l'étrier...). Le dit gynéco me dit avec un sourire charmeur et deux doigts bien placés qu'il va tester mon périnée. 'Contractez'. 'Contractez, allez y'. Mais monsieur, j'avais déjà contracté en fait. Ah. Et là le monsieur il me dit: 'Y a du boulot'. *Cry* Quelque part je m'en doutais mais bon, il a eu l'air de dire que j'étais pire que la moyenne... Je repars donc du rendez vous avec une ordonnance pour 10 séances de rééducation périnéale. Comment je suis trop lucky.

Le rendez vous c'était genre le 12 juillet. Le 25 juillet, je tente un coup de fil vers une sage femme pas loin de chez moi (et oui il me faut 15 jours en moyenne pour décrocher mon téléphone, et ça peut être beaucoup plus long...). Elle est en vacances, faut rappeler après le 10 août. Bon ok. Donc voilà le temps passe et je ne décroche plus mon téléphone. Un week-end fin août, on reçoit en visite la maman de Mystery Boy qui me dit qu'elle avait pas fait la rééducation pour sa première et qu'elle regrette. Je décide donc de déterrer mon ordonnance de là où j'ai bien pu la mettre... Et en septembre, après ma reprise du boulot, je prends enfin rendez vous avec une sage femme qui bosse pas loin de mon boulot, histoire de caler ça entre midi et deux.

La première séance elle m'a fait faire un test de contractions (1 tenue 5 secondes et 5 rapides), elle a fait la grimace et elle m'a dit qu'elle me donnait un 'petit' 2 sur 5. Grosso modo mon périnée est en vacances prolongées, il serait temps de le rapatrier en métropole. J'ai bien aimé quand elle m'a dit que si j'avais eu 5 sur 5, elle m'aurait renvoyée chez moi sans séance. Si j'ai bien aimé c'est parce que j'ai rebondi en disant: 'Donc si je fais des supers progrès, je finirai peut être avant les 10 séances' et qu'elle m'a regardé genre 'Redescendez sur terre ma pov'dame' et m'a dit 'Euh, 2 sur 5, il y a du travail quand même!' Non mais au moins, elle était en phase avec le gynéco c'est déjà ça.

Alors les séances comment ça se passe?? Toi qui n'as jamais eu la chance de passer par là, tu t'interroges surement... Et bien tout d'abord on enlève son bas et sa culotte (normalement tu as perdu ta pudeur en salle d'accouchement donc c'est pas grave), on s'allonge les jambes pliées et on met une petite sonde dans sa petite grotte intime (je veux pas mettre les vrais mots pour pas tomber dans des requêtes bizarres de google comme elle). Après on fait des exercices de contraction. Et c'est là que ça devient drôle parce que tes exercices ça fait des courbes sur un écran d'ordinateur grâce à la sonde. Donc en fait c'est comme si tu jouais à un jeu vidéo avec une manette un peu spéciale et que tu essayais de faire des high scores. Et à chaque séance tu essaies de battre ton record. Ça m'a bien motivée. Bon après, une fois que j'ai battu mon record sur la séance, j'ai tendance à me relaxer, faudrait surement essayer d'aller encore plus haut...

Le travail en séance c'est bien mais ce qui compte surtout c'est les devoirs à la maison. Il faut pratiquer certaines séries de contraction matin, midi et soir dans les positions suivantes: debout, assis, couché. J'avoue que j'ai fait les devoirs correctement les 4 premières séances et depuis je contracte quand j'y pense. C'est à dire à peu prés deux fois par semaine. Donc je ne suis pas vraiment une bonne élève... Mais ma prof me dit que mes scores sont bons donc c'est po grave.

Il me reste deux séances et j'aurai bouclé. On a fait un test à mi-chemin et j'ai eu 3/5, c'est pas le nirvana mais c'est mieux qu'avant et le principal paraît il pour une 'jeune femme' c'est de connaitre les exercices pour pouvoir se muscler régulièrement et prévenir les problèmes d'incontinence et de descente d'organes... Sic. Genre il faut que je continue à faire des exercices... Pas gloups mais d'un autre côté les descentes d'organes c'est encore moins gloups.

Ces séances s'adressent aux jeunes accouchées mais aussi à des femmes plus âgées (les e) c'est de vous que je parle). La sonde a même une extension qui permet de stimuler le muscle si la dame n'y arrive pas elle-même. Genre: 'Contractez madame' 'Mais contracter quoi monsieur? Pas une autre police d'assurance j'espère!' (Bon OK je sors).

Voilà comment ça se passe pour moi. Si vous avez des questions ou que ça se passe différemment pour vous, répondez moi mes namis!

Posté par MamandeBoumbette à 13:53 - De l'art d'être oune mama - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Eh si !

    Au delà d'un simple message de félicitations pour tes talents d'écrivain (ça nous fait bien rigoler par ici !), une petite info, comme ça, gratos, en exclu !
    Les hommes ONT un périnée. Si si. La preuve (attention, certaines images peuvent choquer les plus vieux) :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9rin%C3%A9e

    Posté par Christophe, 29 octobre 2010 à 19:49
  • J'en ai la machoire par terre

    Merci pour l'info je ne savais réellement pas. Par contre je pense que si rééducation du périnée il y a pour les hommes ça doit pas se passer tout pareil (c'est con c'est rigolo comme jeu).

    Posté par Lisseut, 29 octobre 2010 à 21:10

Poster un commentaire